Blog

BLOG

en_tete_blog_accueil-min

 

"Après 10 années passées en tant que conseiller, merchandiseur puis démonstrateur de prêt-à-porter haut de gamme, je me suis lancé dans une aventure passionnante en créant la marque VERDURY.

Ma passion, la mode.

Ma sensibilité, le Made in France.

Ma profession me pousse à rencontrer régulièrement d'autres entrepreneurs qui, comme moi, valorisent le savoir-faire français par réelle conviction.

A travers ce blog, je souhaite partager avec vous les découvertes et connaissances que j'acquiers au fil de mes recherches et rencontres auprès d'autres amoureux du Made in France." Alexandre.

 




 

Histoire du jean et du denim (2/2)

 

 

VI- Les Etats-Unis s’immiscent

A la fin du XVIIIe siècle, la révolution industrielle est en marche en Angleterre. Les métiers à tisser, fileuses et autres machines à peigner sont perfectionnés et permettent de doper la production de vêtements en coton. Une production tellement florissante que la France ne peut plus fournir suffisamment de matière première. Au même moment, les Etats-Unis commencent à construire leurs premières fabriques de textiles spécialisées dans le jean et le denim afin de s’affranchir des manufactures étrangères, particulièrement des anglaises. De surcroît, le boom de la consommation en Europe déclenche les premières spéculations foncières pour planter du coton en Amérique du Nord. Dès 1790 et durant les cinquante années suivantes, les productions de coton se développent à une allure vertigineuse. Entre 1793 et 1800, les exportations américaines passent d’un demi-million à dix-huit millions de livres. En 1805, Les Etats-Unis possèdent déjà 70% de part du marché mondial de coton. Une expansion fulgurante.

 

VII- Levi Strauss, pionnier du pantalon jean

 

LOEB_STRAUSS-min

- Loeb Strauss, plus connu sous le nom de Levi Strauss -

 

En 1829, un couple de commerçants juifs donne naissance à un petit Loeb Strauss, cadet de trois frères et trois sœurs, en Bavière (Allemagne). Ils ne se doutent alors pas que leur fils deviendra, 44 ans plus tard, un pionnier du pantalon jean. Durant cette même période et à l’autre bout de l’océan pacifique, l’entreprise américaine Amoskeag Manufacturing Company profite de l’expansion du coton aux Etats-Unis pour suivre le mouvement industriel en marche. Elle ouvre ses portes en 1831 dans l’Etat du New Hampshire en tant que fabrique de tissus de coton et de laine. Elle deviendra, des années plus tard, une partenaire majeure de Levi Strauss ainsi que le plus grand centre de production de denim et de tissu jean aux Etats-Unis. A cette époque, le denim est, comme à ses prémices, principalement de couleur marron ou bleu indigo selon les fils de coton utilisés. Il est utilisé pour faire des vêtements de travail dont majoritairement des overalls, des salopettes et combinaisons dont l’utilité première est de protéger les vêtements du dessous. Le jean, lui, est plutôt utilisé pour les vêtements du quotidien.

En 1847, suite au décès de son père, Loeb Strauss émigre à New York avec sa mère et ses sœurs afin d’y rejoindre deux de ses frères, partis créer leur commerce de textile quelques années auparavant. Ils emménagent dans le quartier allemand et Loeb débute comme drapier dans la mercerie familiale.

En 1853, Loeb Strauss devient citoyen américain et s’enregistre sous le prénom Levi (nom utilisé par ses proches). Il déménage à San Francisco et crée sa propre entreprise de mercerie Levi Strauss & CO. La ruée vers l’or de Californie débutée en 1848 lui donne l’idée de vêtir les nombreux chercheurs d’or et de leur fournir des accessoires en complément de son activité de mercerie. Il les fournit notamment en bâches de protection pour leurs cargaisons et a l’intelligence de travailler des vêtements directement dans ses toiles de bâches pour gagner en solidité. Très vite, la marque Levi Strauss se dégage des autres par la qualité de ses vêtements.

 

CHERCHEURS_DOR-min

- Chercheurs d'or, Californie -

 

Dès 1860, l’Amoskeag, qui a obtenu depuis une forte réputation grâce à ses tissus de premier choix, devient le premier fournisseur en denim de Levi Strauss. Il utilise les différents tissus de denim de son partenaire pour la fabrication de sa gamme de vêtements de travail ainsi que pour la revente au détail.

En 1872, un tailleur prénommé Jacob Davis achète une toile de denim à Levi Strauss afin de façonner un pantalon de travail pour l’un de ses clients. Son client lui fait alors la demande de trouver une solution pour consolider les poches qui ont tendance à se déchirer. Jacob Davis trouve l’inspiration et décide de riveter les angles de poche afin de les rendre « indéchirables ». Suite à un retour positif de son client, il tente de breveter ce procédé, toutefois, ses revenus modestes ne le lui permettent pas. Il décide donc de parler de ce procédé à Levi Strauss et lui demande les fonds nécessaires au brevetage en échange de son nom apposé sur le brevet au côté du sien. Levi Strauss accepte et le brevet est validé en mai 1873. Le pantalon blue jean est né. Suite à cela, les deux associés lancent leurs premières productions d’overalls rivetés.

A la fin des années 1880, la concurrence est féroce dans le secteur du vêtement de travail et surtout des overalls. En réponse à cette concurrence, notamment celle des deux nouveaux Carhartt et Lee qui tentent de faire de l’ombre au duo d’associés, Levi Strauss et Jacob Davis décident de se concentrer sur la production de pantalons.

En 1890, le célèbre jean XX, conçu dans les années 1880 avec un denim très haut de gamme de chez Amoskeag, est renommé lot 501. Ce jean, aujourd’hui le plus connu au monde, sera le premier d’une grande série.

 

VIII- Le XXe siècle et les influences de consommation

Durant la première moitié du XXe siècle, les vêtements en denim remplacent petit à petit les vêtements en jean dans le quotidien de la population. Les westerns et leurs cowboys en blue jeans font découvrir des acteurs tels que Tom Mix et William S. Hart pour le cinéma muet ainsi que Gary Cooper ou encore John Wayne pour le cinéma parlant.

 

TOM_MIX-min

Tom Mix, célébrité du cinéma muet, avec un pantalon en denim -

 

Ces acteurs deviennent vite des idoles et influencent indéniablement la consommation de jeans. Des jeans qui deviennent de plus en plus travaillés stylistiquement et fonctionnellement (création des passants de ceinture en 1922 et braguettes à fermeture éclair en 1925). Durant la deuxième moitié du XXe siècle, l’augmentation du tourisme et de la diffusion du cinéma américain à l’international accélère la démocratisation du blue jean dans le monde. Dans les années 1950, l’acteur James Dean devient l’idole de la jeune génération suite à son interprétation d’un adolescent rebelle dans La fureur de vivre. Le jean associé au blouson noir devient le symbole de la révolte des adolescents. Il est d’ailleurs interdit de porter un jean dans de nombreuses écoles américaines à cause de la mauvaise image que dégage le style biker. 

 

JAMES_DEAN-min

- James Dean et le style blouson noir associé aux « jeunes rebelles » -

 

Durant cette même période, des artisans nippons rachètent de vieux métiers à tisser américains et se mettent à produire des jeans de très haute qualité nommés jeans selvedge. Ces jeans artisanaux façonnés avec un denim appelé toile japonaise sont incontestablement les jeans les plus qualitatifs du marché mondial (un billet sera consacré à ces jeans prochainement). Le dernier quart de ce siècle voit naitre des mouvements qui influencent et développent le style du jean. Des années 70, éclôt le mouvement pacifiste hippie avec ses jeans fleuris et colorés ainsi que le mouvement disco avec ses jeans pattes d’eph’.

 

PATTES_DEPH-min

- Pantalons patte d’eph’ -

 

Les années 80 et l’émergence du hip-hop donnent naissance à un nouveau style de jean avec une coupe inspirée des uniformes de prisonniers : les baggys. Enfin, le mouvement grunge des années 90 est source d’inspiration pour des jeans loose et déchirés au style très rock’n’roll.

 

IX- Des années 2000 à demain

Depuis le début du XXIe siècle, les anciennes modes et tendances reviennent régulièrement au goût du jour. On note qu’une mode dure entre cinq et dix ans selon les influenceurs, passant d’une coupe loose à une coupe extra slim, d’une taille basse à une taille haute et inversement. Si les tendances n’évoluent pas grandement au XXIe siècle, l’éthique écologique et les technologies font en revanche leurs apparitions. Celles-ci permettent aujourd’hui de blanchir les jeans et d’y dessiner des motifs au laser ou bien de créer un jean 100% recyclé. Et demain ? Tissu vibrant relié à votre smartphone, GPS connecté dans la ceinture de votre jean, tissu thermorégulable, waterproof et même auto réparant (oui vous avez bien lu !). Tous ces projets sont déjà existants mais pour en parler il me faudrait leur dédier un autre billet.

Vous l’aurez compris, de par son passé, son présent et son avenir proche, le jean est indéniablement LE vêtement intemporel par excellence.

 

Alexandre R.

Publié le 19/09/2019

Sources principales : Au bonheur des Indes Orientales – Brigitte Nicolas / Histoire du jeans de 1750 à 1994 – Palais Galliera, Musée de la mode et du costume / Le maître de la toile de jeans – Galerie Canesso / Musée de l’impression sur Etoffes – Mulhouse / Histoire du textile – La fabrique de l’Histoire, France culture / L’histoire du coton – Eric Herschthal / Le costume à travers les siècles / Rencontres professionnelles…

 

Application

 

Application

 

Billets parus précédement :

Histoire du jean et du denim 1/2